Point de départ.

Amusa Boca signifie « amuse-bouche » en langue occitane.

Parti sur l’idée de faire le lien entre bouche et paysage en particulier dans le Gers, ce nom est arrivé d’emblée…

Avec le temps, a été ajouté un élément supplémentaire : le déplacement en vélo.

Parce que l’explorateur aime le vélo sans doute. Notamment à cause d’Ivan Illich et de ses réflexions sur la vitesse.

Or, le vélo provoque une relation particulière au territoire notamment vis-à-vis de ses reliefs. Tout cycliste se pose la question des pentes, les montées surtout car toujours plus ou moins difficiles à grimper. Les descentes sont, en général, jugées plus faciles si on sait les négocier.

Une coupe géologique illustrant deux pentes, à monter ou descendre, selon le sens pris par le cycliste

Et d’un projet biface paysan-alimentation, par l’inflexion du vélo, voici un projet triptyque entre le paysage et son relief (car le vélo c’est d’abord des histoires de pentes à monter ou à descendre), le paysan qui façonne le paysage selon divers facteurs dont le principal et troisième élément du triptyque est l’alimentation qui façonne le territoire et réciproquement.

Au centre du triptyque : un corps et ses jambes, sa bouche, ses lèvres, sa langue et ses oreilles à l’écoute de paroles choisis de paysans et à la dégustation…

Bref, un point de départ.