Exploration – 2 / Retour sur le vif

Une petite note de l’explorateur revenu d’une étape qui l’aura bouleversé sans aucun doute…et dont les trésors ramenés demanderont encore du temps à être étudiés, analysés et diffusés.

En partant de Toulouse, avec l’enregistreur en poche de la radio FMR (pas si éphémère puisqu’elle a tout de même 30 ans), Philippe, l’un des fondateurs de la radio, me lançait un « bon voyage ». Et en effet je sentais bien que les trente kms qui me séparaient de ma destination et que j’allais réaliser en bus m’emmeneraient bien loin de ce monde.

J’avais rencontré ce paysan, quelques années auparavant au marché et j’avais été surpris de découvrir un homme qui ne vendait pas particulièrement ses pots de miel pourtant bien en évidence sur la table. Entendons nous, il était bien au marché pour vendre ses produits. Il s’agissait bien d’un producteur, d’un apiculteur. Mais je ressentais qu’il proposait autre chose, peut-être une sensibilité, une écoute particulière à la nature. Il montrait alors un dessin, un cercle sur une feuille blanche. Il s’agissait d’un champ en cercle où il allait entrelacer les ruchers aux arbres et aux cultures.

J’ai donc passé trois jours au cœur de sa vie, dans ses champs, entouré par les insectes, les abeilles, les arbres, fruitiers ou non, les sarrasins en fleurs, la luzerne, les lentilles, les baies de goji aussi qu’il a plantées mais que les poules viennent parfois déranger pour se nourrir, les sangliers qui passent par là aussi car la terre est pleine de vers de terre, les chevreuils… Il est là au centre de ce monde, à l’écoute de chaque espèce vivante. Les êtres humains en font partie aussi. Il est à leur écoute, tente de les initier à son regard. J’en ai fait partie. Trois jours en sa compagnie et l’on ne voit plus le monde de la même façon. A sa façon de marcher dans les champs, à sa manière de regarder l’environnement, à ses gestes harmonieux, à ses échanges aussi, sa volonté à la fois de transmettre tout en étant à l’écoute…

L’homme, ce paysan est là, est sur un chemin particulier, poétique et qu’il espère harmonieux. Certains pourraient penser qu’il est fou mais est-ce lui le fou où tous ceux qui continuent à sillonner leur champs en ligne et à utiliser avec plus ou moins de raison les produits de l’agrochimie jusqu’à en perdre leur sol ?

 

L’explorateur en est tout bouleversé. On va lui laisser un peu de temps pour incorporer tout ce qui a pu être vécu dans ces trois jours. En attendant, et puisque nous sommes le 1er août. De belles vacances à vous, en espérant que vous en profitez pour un retour à la terre, à moins que ce soit à la mer !