Explorer, aller au contact

Il a fallu un peu de temps pour se dire que c’était le bon terme, le bon mot. J’avais également pensé à passeur, assez poétique, cela me rappelait le roman de Hermann Hesse, Siddhartha. Mais l’explorateur avait cette dimension d’étude, de défrichage qui est plaisante et adaptée à cette oeuvre. Je peux m’inspirer de sa démarche pour définir les modes de rencontres, les modes de financement, les modes de livraison des résultats.

L’envie première : Aller au contact. Une rencontre intense, charnelle qui permette de réaliser un changement de regard et de comportement aussi.  D’où le principe de passer du temps avec les personnes, paysans donc. Du temps pour les rencontrer, leur expliquer la démarche, les solliciter, proposer le cadre, en rediscuter. Puis enfin passer plusieurs jours ensemble, trois jours. C’est beaucoup et peu à la fois.

La photo en introduction à cette article est une contribution d’Isabelle Rozenbaum   à ce projet que j’avais esquissé lors d’une rencontre il y a un peu plus d’un an. Déjà. Je vous convie à découvrir sa recherche photographique autour de cet espace où la main forme la nourriture par le geste.

Ludovic

 

One thought on “Explorer, aller au contact

  1. Cette main….tendue vers …… « voila le fruit de mon travail ma peine FRUIT DE MA TERRE »
    « main plissee abimee du labeur »
    Photo qui dit long j aime bien ….

Comments are closed.